Accueil > Comprendre notre système de retraites > La réforme Macron de 2023 > Retraites : Une simple mesure de sobriété supprimerait une grande partie du (...)

Retraites : Une simple mesure de sobriété supprimerait une grande partie du déficit annoncé. Pourquoi personne n’en parle ?

jeudi 12 janvier 2023, par André Martin

Jusqu’en 2008, le cumul emploi-retraite était autorisé mais encadré. Le cumul des deux revenus ne devait pas dépasser la plus favorable des 2 limites suivantes : soit 1,6 Smic, soit une moyenne des derniers salaires d’activité. Ces plafonds logiques et raisonnables ont été totalement abolis fin 2008 lors du vote du PLFSS (Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale) pour 2009. Résultat : aujourd’hui des centaines de milliers de privilégiés cumulent une pension de retraite très confortable et un salaire très confortable. Ce droit à cumul sans aucune limite est devenu indécent, à une époque où plus de sobriété dans tous les domaines devient indispensable. Il coûte chaque année plusieurs milliards d’euros aux régimes d’Assurance Vieillesse … qui n’ont pas été créés pour prolonger voire amplifier, pendant le temps de la retraite, les énormes écarts de revenus.

La mesure de sobriété consisterait à revenir à ces plafonds de cumul emploi-retraite en vigueur jusqu’en 2008. Elle supprimerait à elle seule une grande partie du déficit annoncé d’une dizaine de milliards d’euros.

En effet, un déficit de 10 milliards d’euros correspond, soit à 100 000 personnes bénéficiant, grâce à la suppression de toute limite, d’un revenu annuel supplémentaire de 100 000 euros par rapport à leur dernier revenu annuel d’activité. Soit à 200 000 personnes bénéficiant d’un revenu annuel supplémentaire de 50 000 euros. Soit à ....

La sobriété nécessaire pour sauvegarder l’habitabilité de la planète pourrait même justifier de suspendre le versement de pensions de retraite aux personnes qui continuent à percevoir des revenus d’activité supérieurs à une limite à définir (10 000 € ? 8 000 € ?, ...).

L’ordre de grandeur des économies ainsi réalisables peut être calculé à partir des données de l’enquête « Le cumul emploi-retraite » de la DREES (8 pages). Nous demandons solennellement aux organisations syndicales et aux économistes opposés au report de l’âge légal à 64 ans d’évaluer cet ordre de grandeur.

Résumé de l’enquête DREES : « En 2019, selon l’enquête Emploi de l’Insee, 535 000 personnes, soit 3,7 % des retraités de 55 ans ou plus, déclarent exercer une activité professionnelle tout en percevant une pension de retraite. Parmi l’ensemble des retraités en emploi, plus de quatre sur dix sont cadres ou indépendants. En 2016, selon les données de l’échantillon interrégimes de retraités (EIR), 16,4 % des retraités de 66 ans ont cumulé une pension dans leur régime principal avec un emploi au moins une fois depuis leur départ à la retraite. »

La volonté du gouvernement d’encourager encore plus le cumul emploi-retraite rend encore plus urgente l’évaluation du « pognon de dingue » que représente ce droit à cumul sans aucune limite.

Remarques complémentaires

• Les mesures structurelles et incitatives à une augmentation du taux d’emploi des seniors constituent l’autre levier essentiel pour l’équilibre des régimes de retraite. Puisqu’en France seulement 33 % des 60 à 64 ans étaient en emploi en 2020 contre 61% en Allemagne et 69% en Suède. Voir infographie

• Questionné sur la position de la CFDT sur le cumul emploi-retraite, Laurent Berger avait répondu que la CFDT était en désaccord avec cette absence de limites.

• On trouve l’historique de la dérégulation du cumul emploi-retraite sur http://cercledelepargne.com/pres-de-500-000-personnes-en-cumul-emploi-retraite

• Voir aussi l’étude de 140 pages « Le cumul emploi‑retraite – Déterminants individuels et profils types des cumulants » réalisée en 2019, à partir des données de la CNAV

• Autres contributions de 2012

Pétition "Le cumul emploi retraite doit de nouveau être encadré"

La "réforme" qui a déjà coûté plusieurs milliards aux caisses de retraites !

Site réalisé SPIP avec SPIP nous contacter Plan du site Suivre la vie du site RSS 2.0